Biographie

Jean-Jacques Sanchez Chorégraphe


Jean-Jacques Sanchez est né à Marseille en 1964.

Après une formation dans l’école de Gianin Loringett (Technique Matt Mattox), il continue son apprentissage à Paris auprès de Peter Goss, José Caseneuve, Karin Waehner.  Il s’exerce joyeusement et danse sur les plateaux télévision pour les émissions de variétés animées par Drucker, Star 90, Sabatier…et participe à divers clips vidéos, publicités.

Sa carrière de danseur s’oriente très vite vers plusieurs compagnies contemporaines en France et à l’étranger. Comme interprète il travaille avec les chorégraphes, Philippe Tressera, Bruno Genty, Anne Dreyfus, Joseph Tmim, Dominique Rebaud, Quentin Rouiller, Jean Gaudin, Pierre Droulers, André Gingras, Geneviève Sorin, Thierry Thieu-Niang, Felix Ruckert. Durant son trajet de danseur contemporain, ses premières expériences de chorégraphe se font dans le domaine de l’événementiel. Il écrit des chorégraphies et met en scène des conventions internationales pour les entreprises automobiles Renaut, Peugeot (à la Porte de Versailles et au Bourget) et des grands groupes tel que Havas (au Cirque d’Hiver et au Balajo) ou encore des événements comme le spectacle historique du Roi Soleil dans les jardins du Château de Versailles.

Dans le domaine du cirque, de 1992 à 2009, en France, au Brésil et en Chine, il chorégraphie la majeure partie des créations spectaculaires du metteur en scène Pierrot Bidon. De 2010 à 2014 il coordonne et chorégraphie les cérémonies d’ouverture de la finale de la Coupe de la Ligue de football dans le monumental Stade de France de St Denis. Dans le cadre du festival d’Ile de France, il met en scène au Cirque d’Hiver des concerts prestigieux comme l’hommage à Miriam Makeba réunissant les grandes divas africaines (Angélique Kidjo, Asa, Rokia Traoré, Ayo…) ou encore en 2010 le spectacle du chanteur Cheb Kalled « Café d’Oran».

Parallèlement aux  projets événementiels, il développe un travail de recherche et d’exploration en danse utilisant la composition chorégraphique instantanée et des procédés in situ qui ouvrent les performances et spectacles à tous types de lieux, d’environnements architecturaux et de configurations humaines. Il crée ainsi plus d’une vingtaine de pièces. Il dispense des workshops destinés aux amateurs et professionnels dans divers centres urbains en Europe et ailleurs (Marseille, Paris, Berlin, Dusseldorf, Lisbonne, Florianopolis, Rio de Janeiro, Sao Paulo, Pekin).

Formé à l’exercice de l’image à l’Institut national de l‘audiovisuel et à l’école des Gobelins, Jean-jacques Sanchez a réalisé plusieurs vidéos questionnant la représentation du danseur, sous un angle pas nécessairement performatif, tentant plutôt d’interroger son existence, son intimité, son regard sur le monde (Monologue pour un  danseur, Outsideme). D’autres vidéos sont réalisées en lien très souvent avec la ville, l’architecture, notamment dans les bâtiments de l’architecte brésilien Oscar Niemeyer (Série Corpos e Laços). Il s’oriente également vers une exploration de l’écriture de fictions qu’il entreprend avec des comédiens (Le regard d’Esmée, Vol ) ou encore avec de jeunes amateurs dans les cités (Projet ADI). Attaché à la rédaction de textes comme source d’expression critique ou témoignage de ses différentes expériences créatives,  il édite en ligne un trimestriel  Des Corps et Conjonctures qui réunit ses textes et ceux émanant de différents acteurs de la danse. Il travaille en 2016 et 2017 au montage de la création de US-United Spaces, création polymorphe qui intègre un groupe de séniors et élabore la création in situ Dans(e) ces paysages. Depuis son  installation à Versailles Jean-Jacques Sanchez développe une série de travaux sur le thème de la reine Marie-Antoinette, notamment un monologue intitulé Leçon d’amour et d’échafaud, commande effectuée à l’auteure contemporaine Perrine Lorne. Parallèlement il propose avec l’aide de la ville de Versailles une série d’ateliers de créations destinés à un groupe d’amateurs.